La police retrouve la famille d'un poilu grâce aux réseaux sociaux

February 22, 2018

 Twitter @PoliceNat13

 

 

 

A Marseille, lors d'une perquisition après un cambriolage, la police met la main sur une lettre d'adieu datant du 27 mai 1915, écrite par le sergent Jean Soulagnes. Grâce à la mobilisation sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, le descendant du poilu a pu être retrouvé.

 

 

C'est la belle histoire du moment qui a passionné des centaines de personnes sur les réseaux sociaux.

Jeudi dernier, lors d'une perquisition dans le 5e arrondissement de Marseille, les policiers tombent sur une lettre datant du 27 mai 1915, écrite sur le front de la Somme par le Sergent Jean Soulagnes. C'est une lettre qui était adressée à un certain Jean Audiffren, son "seul ami". 

 

 

Une lettre d'adieu
 

Dans cette lettre, ce soldat, sergent-fourrier au 73e régiment d'infanterie, écrit: "Je m'adresse à vous comme au meilleur, au seul de mes amis." Avant de partir au front, "Dans deux heures pour une destination incertaine où doivent se passer de grandes choses". 

 

Il demande aussi à son ami Jean Audiffen une ultime faveur: "Je connais votre coeur et je n'hésite pas à lui faire un appel suprême: vous ne refuserez pas le pénible service, en cas d'événement grave, d'avertir ma famille et ma fiancée qu'avant de mourir, après avoir donné ma vie au pays, mon âme ne pense qu'à eux et leur envoie mon adieu suprême".

 

"Je sais ce qu'est la guerre, mais je sais que de vous peut-être dépend la fin. De cette bataille viendra peut-être ma fin, mais aussi la victoire, et l'affreux cauchemar aura vécu. Dites leur que c'est pour eux que j'ai la force de vaincre, et de tout cœur je le presse sur mon cœur."

Deux semaines plus tard, le jeune Sergent de 24 ans, Jean Soulagnes est tué à Hebuterne (Pas-de-Calais). 

 

 

Une enquête digne d'un cluedo
 

C'est donc pour faire respecter les dernières volontés de Jean Soulagnes, que la police décide de mener son enquête, mais les recherches sur internet ne donnent rien. Arnaud Louis, chargé de communication à la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône, explique à BFMTV: "C'est un vrai cluedo historique, une enquête historique, et nous n'avons pas de généalogistes." 

 

Dans l'impasse, la police pense à tweeter la lettre en espèrant l'aide du public. "C'est une volonté très claire de notre directeur Jean-Marie Salanova d'utiliser les réseaux sociaux pour ce type de faits, et une demande des enquêteurs", explique Arnaud Louis, relayé par le Figaro.

 

 

 

Une impressionante mobilisation
 

Ce sont des centaines de personnes qui ont fait des recherches. Arnaud Louis salue cette "mobilisation execptionnelle".

 

Il a expliqué dimanche matin: "on avance très bien, on doit encore faire des vérifications mais la partie familiale de l'affaire a été découverte". 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Top 10 des plus belles plages françaises 2018

March 2, 2018

1/2
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square